Translate

28 mai 2010

Investisseurs : entremetteurs ?


Avant de commencer je tiens à préciser que le présent billet a davantage pour but de soulever des interrogations et si possible d’engager une discussion avec des entrepreneurs et des investisseurs sur une question qui me semble intéressante : la collaboration !

En effet, lorsqu’on entreprend on investit beaucoup de temps, d’énergie, de passion et souvent d’argent (par forcément en volume mais relativement à ses revenus). Aussi, on en vient souvent a avoir une fâcheuse tendance à vouloir surprotéger son bébé, quelquefois à ses dépends !
Ainsi, j’observe en France de très nombreux projets / startups ayant un très beau produit mais qui vivotent car elles n’ont que des moyens limités : ayant une proposition de valeur trop restrictive elles n’intéresseront pas les investisseurs.

Or il me semble que dans de nombreux cas, en combinant deux ou 3 de ces projets ayant des synergies et en y injectant quelques fonds il serait possible de générer des entreprises rentables aux ambitions internationales!
Pourtant comme je l’ai dit plus tôt il est difficile pour un entrepreneur de se dire qu’il va partager ou prêter son bébé et devoir partager les gains potentiels qu’il pourrait en retirer en raison de tous les efforts qu’il a fournit pour l’amener là où il est !

Aussi, et c’est le point central de ma réflexion, je me demande si les investisseurs ne devraient pas jouer le rôle  d’entremetteurs



Comment cela? Et bien, en choisissant n projets (parmi ceux qui leurs sont soumis ou ceux qu’ils auront détectés par un travail de veille) et en proposant un financement pour la création d’une entité ad' hoc combinant les différentes  structures juridiques.
Bien entendu cela supposerait de réussir à se mettre d’accord sur une stratégie ce que permettrait peut-être pertinent la mise en place une direction collégiale …

Cela supposerait bien entendu une implication assez forte des investisseurs qui ne se contenteraient pas d’apporter des fonds mais joueraient un rôle de médiateur /facilitateur. Aussi cela conviendrait certainement davantage donc à des Business Angels.. 

Cette pratique permettrait à mon sens de diminuer les charges en mettant en commun certaines ressources et permettrait aux investisseurs, il me semble,  de s’assurer un ROI plus élevé pour une prise de risque plus  limitée…
Enfin, on pourrait imaginer le processus dans l’autre sens : des startups pourraient “s’associer” pour présenter un Business Plan commun à des investisseurs… ce n’est qu’au cas où ce projet intéresse des investisseurs qu’on créerait une structure ad' hoc pour finaliser la levée  de fonds …

J’aimerais avoir l’avis d’investisseurs et d’entrepreneurs sur ce sujet aussi je vous serais reconnaissant de laisser un commentaire et de faire suivre ce billet aux personnes de réseaux potentiellement concernées par le sujet! Notamment : investisseurs, comment recevriez vous ce genre de dossier?  entrepreneurs, seriez vous prêts à vous lancer dans une telle démarche?

NB : je pense qu’on pourrait parler de :  “cross-funding” si ce terme ne renvoie pas à une autre réalité ?




4 commentaires:

Guilhem Bertholet a dit…

De fait, les investisseurs sont déjà un peu des entremetteurs :

- lorsqu'ils co-investissent à plusieurs sur un dossier, ils mutualisent les contacts utiles pour les créateurs des startups

- les investisseurs ont tendance à rapprocher les différentes boites dans lesquelles ils ont des parts (pas rare du tout de voir des relations commerciales dans le portefeuille d'un BA ou d'un fond)

- souvent d'ailleurs, au moment de choisir son investisseur, on recherche plus que l'argent mais bien des connexions réseaux

Par contre, pas forcément d'accord avec la présentation de plusieurs boites d'un coup, la décision est tellement liée aux personnes qui montent le projet et au coeur du business que je crois que l'association nuirait aux chances de closer le deal. Mais il y a un truc intéressant à creuser dans cette notion de "bundle" !

Très bon article en tout cas !

Patrick a dit…

La notion de collaboration entre entreprises débutantes ou entre entreprises et investisseurs me paraît aller complètement dans le sens d'une culture symétrique de réseau, telle qu'elle se développe en ce moment, sur Internet notamment.

A ce titre, je propose aux entreprises (et aux investisseurs) qui le souhaitent mes services en tant que consultant en Veille. Mon profil se trouve sur Viadeo, pour ceux que cela intéresserait. Je précise que je suis actuellement en portage salarial, mais prêt à créer une structure adéquate si mon activité économique décolle.

kombo a dit…

C'est quand même ULTRA risqué...

Quand on voit des dossiers parfois, on se dit : "tiens, cette boîte là, si elle prenait ce que celle-là sait faire, ce serait une tuerie".

Mais ça pose des millions de problèmes :
- L'équipe est-elle prête à travailler ensemble?
- Comment les managers des différents projets vont ranger leur ego pour accepter de faire un projet commum ?
- Si les différents projets n'avancent pas à la même vitesse et que l'un devient un boulet
- etc

A mon avis, si ça devait se faire, ce devrait plutôt être l'oeuvre d'un leveur, qui voit plusieurs boîtes et qui prend 6 mois pour merger des boîtes, et faire tout le travail en amont pour le présenter aux VCs.

Mais même si l'idée peut sembler logique, le management reste l'un des élements clés pour un investissement et jamais un VC ne se rajouterait un risque management lors de l'investissement.

Le rêve, ce serait de piocher dans différents dossiers : on va prendre cette idée ici, l'équipe de cette société, le réseau de celle-là, etc mais bon, ça c'est impossible.

romm1 a dit…

Personnellement en tant qu'entrepreneur, j'ai vu pas mal d'autres projets intéressants car complémentaires mais je n'ai pas fait le pas de leur proposer un rapprochement chacun souhaitant avancer de son côté avant d'imaginer une fusion. Mais, si on m'avait proposé de le faire autour de fonds communs cela aurait changé la donne j'en suis convaincu!

Related Posts with Thumbnails

Derniers Commentaires